So crazy !

Publié le par Les Effluves de l'Art

 

La plus New‐yorkaise des parisiennes vous donne rendez‐vous entre deux show room : un brunch dans une salle en vogue de la capitale, un restaurant au look barré des années vintage ou en mode cool Friday dans son appartement lové au creux d’une petite rue du XIIème arrondissement, à moins que ce ne soit sur internet… Depuis quelques semaines, Soraya Bouvier‐Feder sévit sur la toile avec un site qui met au piquet toutes les devantures de Vendôme : www.fashionluxuryvintage.com.

Le pari était fou ? Sans doute. Se positionner sur le marché du luxe et de la mode en période d’austérité et dans un secteur déjà saturé paraissait just crazy ? Et alors…

En parfaite slasheuse, passant de la publication de livres de collections à l’expertise de flacons de parfum, Soraya éclabousse l’industrie des hautes sphères couturières en arborant un site multi‐produits qui cible une clientèle française et étrangère, mais toujours amoureuse du « french bon goût ».

De l’aveu de l’executive woman elle-même, « l’idée est de proposer une vitrine décloisonnée du luxe, en exposant une gamme qui ne se limite pas à un seul type de produit. »

 Et ça marche : bijoux, vêtements, flacons, accessoires de mode, rien n’est laissé au hasard ! Mais l’intéressée se défend lorsque la concurrence la taxe de fourre‐tout : « Je préfère diversifier l’offre pour m’adapter à une clientèle soucieuse de varier ses achats plutôt que de me cantonner à une seule ligne qui risque l’impasse. Si les autres souhaitent rester spécialistes et ne pas vendre : libre à eux ! »

 A l’heure où le client veut tout, tout de suite, Soraya s’impose comme celle qui cible large pour pointer mieux. Risqué, certes. Mais Soraya n’est pas une femme timorée. Elle s’est savamment entourée d’une équipe de travail avec qui elle assure le développement de ses activités : Isabelle Capron prend en charge le webmastering et le développement de la ligne. Le secret des ventes ? Le voici : « Je traque les réseaux sociaux. Toutes les catégories socio‐professionnelles y sont représentées. Pourquoi pas celles que nous ciblons ? » Et quitte à faire dans le business developpement, autant exporter : le site est déjà traduit en Chinois et s’installe confortablement sur le marché anglo‐saxon.

Qui a parlé de crise ? Pendant que les Grandes Marques pavoisent sur les tapis rouges des sunlights, Soraya assoit dans l’ombre un nouveau courant qui est né d’une analyse simple et juste : le vintage a de l’avenir. C’est en arpentant les rues quadrillées de New‐York que Soraya a été conquise par cette idée, réinitialiser le style old fashion. Elle vous le dira : « Chaque objet a une histoire. C’est à moi de la raconter à travers mon site et de faire en sorte qu’il devienne plus qu’un produit, mais un objet collector. » En somme, toutes ces raretés follement tendance sont à son image : insaisissables et uniques.

A visiter : www.fashionluxuryvintage.com

Nicolas MOURER 

Commenter cet article